Ce village est un espace culturel de cinq hectares en pleine forêt naturelle protégée. Il offre un cadre de travail et de réflexion créatif sur les questions de la biodiversité. L’association compte créer un village de formation en Eco-culture, nommé Institut du Bois de Vie, qui proposera des programmes responsables en collaboration avec les localités afin d’aider les populations à mieux prendre en compte les enjeux environnementaux pour un modèle socio-économique durable.

ECO-THÉRAPIE

Dans cette course effrénée vers un bonheur schizophrène qui demande toujours plus de temps et d’effort de travail, plus de revenus, plus d’OGM, plus de voitures, plus de pacotille et de tête nucléaire.

La société marchande a fini par annihiler tous les formes de plaisances qui constituaient les bonheurs de la vie simple, ces beaux moments d’errances de contemplation et de repos.

Autrefois les hommes de nos villages voguaient comme des maîtres du temps conscients de leur liberté d’être. Ils se plaisaient à ne faire que ce qui à leurs yeux était nécessaire à la vie libre.

Nous assistons de plus en plus à cette zombification de l’homme par l’homme ou les temps de repos et de vacances deviennent du luxe hors de portée de la majorité des citoyens des villes.

La fatigue se lit dans les yeux de nos sociétés ralentissantes, vieillies avant l’âge, elle râle telle une somnambule à l’ombre des nuits pales, elle a des dirigeants qui manquent de sommeil et qui ont le regard rougi par la vitesse des calculs. Les somnifères et autres métabolisants chimiques fondent les banques de la médecine plastique.

Les Eco-poètes considérant la vie comme étant un principe de plénitude qui porte en lui l’action et l’inaction, le tout compris dans un mouvement lent laborieux et paisible.

C’est en ce sens que la notion de repos et d’arrêt, deviennent des forces cosmiques élevées qui confèrent à l’homme conscient un pouvoir, une santé morale physique et spirituelle.

Cela dit, quelques jours bien ensoleillés au bord d’une plage vous seront sans doute agréables, mais cela reste dangereusement insuffisant pour nourrir un esprit de plénitude.

Étant donné que l’homme est un projet biologiquement programmé pour périr, nous pensons qu’il n’est donc pas heureux ni bénéfique de profiter de cette vie dans le trop plein d’effort et de travail.

Nous devons stopper ce rythme effrayant de cette mondialisation qui abime le séjour de l’homme sur terre, nous devons rechercher les valeurs de la tranquillité, de l’errance, des années sabbatiques, de la méditation, de la contemplation et autres plaisirs qui aident à mieux apprécier ce court séjour. Nous devons renouer avec la force des arbres, des montagnes, des plaines, des forêts des savanes, des animaux, des saisons, des pluies, des vents et de la terre mère.

De ce constat dramatique il est plus que jamais évident que cette force vitale, morale et spirituelle dont nous parlons ne peut s’acquérir qu’en milieu naturel, dans des zones que la main de l’homme n’a pas encore souillé.

Le village Bilé Bi Kam est ce fait le sanctuaire idéal pour cette vision harmonieuse des choses.

L’Eco-thérapie est un programme restreint qui privilégie la solitude individuelle à la communauté, non pas par séparatisme ambiant, mais par souci de canalisation et de retrouvaille individuel. Accomplir l’ultime voyage au cœur des énergies positives de la forêt afin d’aider le monde à progresser vers l’harmonie.

Laisser un commentaire